CANICULE EN WALLONIE Attention aux personnes à risques !

Posté le 30 Juin 2015 dans Les Communiqués , Région Wallonne , Santé/Recherche


En cette période de canicule, Maxime PREVOT, Ministre wallon de la Santé et de l’Action sociale, souhaite faire le point sur le plan « Vague de chaleur et pics d’ozone » et attirer l’attention des professionnels concernés et du grand public sur les 3 principaux groupes à risques, à savoir les enfants en bas âge, les personnes âgées isolées, et les personnes en grande précarité.


I. Les 3 principaux groupes à risques

Afin de sensibiliser au maximum les personnes à risques, le Ministre Maxime PREVOT a demandé à son adminsitration d'écrire à nouveau à l’ensemble des professionnels de la santé concernés, aux relais sociaux et aux CPAS afin que les acteurs de terrains et le grand public puissent intervenir au mieux auprès des principaux groupes vers qui l’attention doit se porter prioritairement en cette période de grande chaleur:

1. Les enfants en bas-âge: il est demandé de rappeler aux parents et surtout aux parents de nourrissons de les hydrater régulièrement, de ne pas les exposer au soleil de façon prolongée, d’avoir une attention permanente sur eux, …

2. Les personnes âgées isolées: les aînés à risque se situent davantage dans leur propre domicile où ils sont seuls sans la vigilance du personnel qui encadre les aînés en maison de repos par exemple. Il est donc essentiel de les sensibiliser. De plus, les services d’aides à domicile, parents proches, entourage, … peuvent aussi rappeler aux personnes âgées, dont le sentiment de soif s’atténue avec l’âge, de s’hydrater régulièrement.

3. Les personnes en grande précarité, particulièrement les SDF, connaissent plus de risques de déshydratation surtout lorsque ces dernières sont isolées. L’ensemble des acteurs sociaux de terrain prennent déjà de nombreuses actions afin de leur venir en aide en cette période : présence renforcée sur le terrain des éducateurs de rue, distribution de bouteilles d’eau et de casquettes et information sur la présence de fontaines et points d’eau extérieurs,...

II. Le plan "forte chaleur et pics d'ozone"

En matière de santé, le plan « forte chaleur et pics d’ozone » vise à fournir des recommandations au grand public ainsi qu’aux institutions (hôpitaux dont les services gériatrie, de pédiatrie et les maternités, maisons de repos et de soins, …) telles que :

  • veiller à ce que les résidents boivent suffisamment ;
  • vérifier les réserves de boissons fraiches,
  • éviter que les résidents soient exposés au soleil et installer des pare-soleil aux fenêtres ;
  • encourager à une meilleure solidarité au sein des familles, entre les voisins et les connaissances et tout particulièrement envers les personnes appartenant à un groupe à risques ;
  • contrôler la température des pièces de vie ;

Le plan « forte chaleur et pics d’ozone », enclenché par la Cellule interrégionale de l’Environnement en collaboration avec l’IRM, l’autorité fédérale et les autorités fédérées se compose de 3 phases dont la deuxième, la phase d’avertissement, est subdivisée en 2 niveaux :

  • Une phase de vigilance
  • Une phase d’avertissement
    • niveau 1
    • niveau 2
  • Une phase d’alerte

1ère phase : La phase de vigilance débute le 15 mai et se termine le 30 septembre. À partir du 15 mai, les actions se déclenchent systématiquement. Il ne s’agit pas ici d’un seuil mais d’une période.

Actions mises en place par le Service public de Wallonie (Direction générale de la Santé) lors de la phase de vigilance :

  • Sensibilisation du grand public aux risques liés à la chaleur et aux pics d’ozone ;
  • Information générale de tous les professionnels de la santé ;
  • Large diffusion des différentes recommandations socio-sanitaires à toutes les institutions dépendantes du Service public de Wallonie (Direction générale de la Santé) ;
  • Information de base sur le portail social santé de la Wallonie.

2ème phase : La phase d’avertissement

Les phases d’avertissement et d’alerte s’enclenchent lorsqu’un certain nombre de critères sont atteints. Ces critères sont basés sur les résultats :

  • des prévisions météorologiques à 5 jours ;
  • des mesures d’ozone journalières ;
  • des prévisions d’ozone à 2 jours.

Deux niveaux sont prévus dans la phase d’avertissement :

Niveau 1 : Ce niveau est exclusivement basé sur des critères météorologiques. Il est atteint lorsque, sur la base de prévisions météorologiques, les critères suivants sont remplis pendant une période de deux jours :

La température minimale moyenne (pendant 2 jours) est supérieure à 18°C.
ET
La température maximale moyenne (pendant la période considérée) est supérieure à 30°C.

Niveau 2 : Ce niveau est atteint dès que les critères relatifs aux conditions météorologiques ET/OU les critères relatifs à l’ozone sont satisfaits (il n’est donc pas nécessaire que ces deux types de critères soient satisfaits simultanément).

Il est atteint lorsque, sur la base des prévisions météorologiques, les critères suivants sont remplis pendant une période de trois jours consécutifs :

La température minimale moyenne (pendant 3 jours) est supérieure à 18°C.
ET
la température maximale moyenne (pendant 3 jours) est supérieure à 30°C.
OU/ET
Une concentration horaire moyenne d’ozone supérieure à 240 μg/m3 (seuil d’alerte fixé par l’UE) a été mesurée la veille à au moins un point de mesure de l’ozone.
ET
Une concentration horaire moyenne d’ozone supérieure à 180 μg/m3 (seuil d’information fixé par l’UE) est prévue le jour même à au moins un point de mesure de l’ozone.

Actions mise en place par le Service public de Wallonie (Direction générale de la Santé) lors de la phase d’avertissement, les actions préventives en matière de santé sont identiques que l’on soit en niveau 1 ou 2 : un courrier supplémentaire à la phase de vigilance est envoyé afin de rappeler les bonnes pratiques aux acteurs de terrain, rappeler les consignes et leurs mises en œuvre. Cette information est transmise aux :

  • professionnels de la santé ;
  • cercles de médecins généralistes ;
  • hôpitaux ;
  • secteurs de la santé mentale ;
  • maisons de repos et maison de repos et de soins ;
  • centre d’accueil de jour ;
  • services d’aide et de soins à domicile ;
  • abris de nuit ;
  • relais sociaux ;
  • CPAS et pouvoirs locaux ;

3ème phase : La phase d’alerte

Les mêmes critères météorologiques que ceux de l’avertissement de niveau 2 sont remplis.
ET
Une concentration horaire moyenne d’ozone supérieure à 240 μg/m3 (seuil d’alerte fixé par l’UE) a été mesurée la veille à au moins un point de mesure de l’ozone.

Actions mises en place lors de la phase d’alerte :

La phase d’alerte en tant que telle ne sera pas déclenchée automatiquement au moment où les seuils définis pour la phase d’alerte seront atteints. En effet, une cellule d’analyse de risque composée de représentants de l’Institut Royal Météorologique (IRM), de CELINE, du fédéral et des entités fédérées se réunira d’urgence  selon une procédure définie. Ce groupe est coordonné par l’ISP – Institut Scientifique de Santé Publique.

Il évaluera s’il est nécessaire de déclencher la phase d’alerte et fixera des mesures concrètes à prendre comme par exemple annuler ou postposer des manifestations de masse (sportives, culturelles ou autres) afin de limiter les effets néfastes de la forte chaleur.

Au niveau de la Wallonie, le Service Public de Wallonie (Direction générale de la Santé) demandera également aux maisons de repos et maisons de repos et de soins de mettre à disposition de leurs résidents un local à 22°.

Pour le Ministre Maxime PREVOT, il est essentiel en cette période de forte chaleur que les liens humains puissent aider à soutenir l’ensemble des personnes plus fragiles durant la canicule, au-delà de la coordination mise en place par les différents acteurs. Les médias sont évidemment un acteur clé pour faire passer des informations de santé publique et ainsi sensibiliser ces personnes à risques et leur entourage. Le Ministre compte sur leur appui pour relayer adéquatement et largement ces diverses recommandations.