Distribution limitée de pilules d’iodes : pour Catherine FONCK, la volte-face du Gouvernement nuit à la santé des belges

Posté le 3 Novembre 2016 dans Les Communiqués , National , Santé/Recherche


Dans sa note de politique générale, le Ministre de l’Intérieur entend limiter la distribution des pastilles d’iode aux groupes cibles prioritaires.


C’est incompréhensible !

Jan Jambon joue avec la santé des citoyens et contredit au passage la Ministre de la Santé qui, au printemps dernier, avait annoncé que tous les belges recevraient préventivement ces pastilles qui protègent la thyroïde face à la radioactivité.

Cette volte-face du Gouvernement MR/N-VA est inacceptable. Les belges ne seraient-ils pas tous égaux face à la menace nucléaire ? Faut-il le rappeler, le risque de radioactivité ne connaît pas de frontières. Ainsi, une étude de l’UCL avait démontré que le taux de cancer de la thyroïde a augmenté de manière significative chez les jeunes belges exposés à l’époque aux radiations du nuage de la centrale de Tchernobyl.  

La santé est en enjeu majeur.

Catherine FONCK, cheffe de groupe cdH à la Chambre, demande au Gouvernement de revoir sa position et de tout mettre en œuvre pour assurer la protection de la santé des citoyens en cas d’accident d’une centrale, qu’elle soit en Belgique ou à l’étranger.

Catherine FONCK en appelle à une prise de conscience de la majorité. Celle-ci doit dépasser les intentions en votant la proposition de résolution visant à élaborer une stratégie de distribution rapide d’iode en concertation avec les médecins, proposition déposée par le cdH en avril 2015, en Commission de la santé.