En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Communiqué de presse : Inscrire l’inceste en tant que tel dans le Code pénal : Vanessa Matz veut permettre aux victimes d’être entendues !

Vanessa Matz, députée fédérale cdH, dépose une proposition de loi visant à inscrire l’inceste en tant que tel dans le Code pénal. Pour la députée humaniste, ces faits, qui sont plus répandus qu’on ne le pense et qui touchent tous les milieux, sont trop souvent passés sous silence.

Actuellement, l’inceste n’est pas considéré comme un crime d’abus sexuel à part entière dans le Code pénal mais comme circonstance aggravante au viol ou à l’attentat à la pudeur.

L’objectif de la proposition de Vanessa Matz, cosignée par Maxime Prévot, est d’accorder à ce crime l’importance qu’il mérite.

Pour cela, ce texte se base sur trois piliers principaux :

  •   la criminalisation de l’inceste, à part entière et une échelle de peines qui s’y adjoint en fonction de l’âge de la victime ;
  •  la présomption irréfragable de l’absence de consentement en ce qui concerne les mineurs. Tout mineur de moins de 18 ans est réputé, dans le cadre de l’acte incestueux, ne pas être en position de donner un consentement recevable aux yeux de la loi ;
  • l’imprescriptibilité du crime d’inceste, un enjeu important pour libérer la parole, souvent des années plus tard.

En 2019, l’asbl « SOS Inceste Belgique » a recensé 1255 appels téléphoniques, 453 entretiens et a ouvert 61 nouveaux dossiers. L’absence d’incrimination de l’inceste dans le Code pénal reflète le déni dans lequel nous vivons. En parler ne doit plus être tabou !