En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Communiqué de presse : Les oubliés : à nouveau oubliés et surtout épuisés !

Pour le cdH, il est inadmissible qu’aucune aide économique wallonne ne soit encore mise en place en 2021, alors que la situation économique des PME et indépendants se dégrade. Or ce soutien est à présent vital pour permettre à certains de traverser la crise du Covid et limiter les milliers de faillites annoncées en 2021.

Restaurateurs, forains, cafetiers, artistes et entreprises culturelles, coiffeurs, organisateur d’évènements, monde de la nuit, clubs de sports, indépendants… ces oubliés des Gouvernements avaient déjà connu bien des difficultés à recevoir des aides au début des confinements, ils sont à nouveau oubliés ! Et surtout, ils sont épuisés économiquement et socialement. Pire, tous ceux et celles constitués en ASBL n’ont même JAMAIS reçu les aides pourtant promises par le Gouvernement MR-PS-Ecolo !

Pour François Desquesnes, Chef de groupe CDH au Parlement de Wallonie « Depuis des mois, ils luttent pour ne pas se noyer, ils ont besoin de bouées de sauvetage (les aides) afin de tenir jusqu’au moment où la vaccination permettra une reprise de l’activité ! Ce serait une faute grave du Gouvernement que d’arrêter de les soutenir ! »

Des aides à l’arrêt et mêmes inexistantes pour les asbl

Le cdH a réalisé une analyse de toutes les aides mises en place par la Wallonie depuis le début de la crise du Covid et les fermetures successives. Vous trouverez le tableau récapitulatif de ces soutiens en annexe : les secteurs et périodes concernées, les montants…

Concernant l’ensemble des secteurs touchés, plus aucune aide n’est à ce jour mise en place ni même envisagée depuis mi-décembre !

Les aides mises en place suite au 2ème confinement (mi-octobre et début novembre) couvraient une période jusqu’à la mi-décembre. Les 1ères annonces fédérales donnaient en effet encore l’espoir que les activités seraient à nouveau autorisées (cela a été le cas d’ailleurs pour les commerces dits « non essentiels »).

Il s’agissait de l’indemnité dite « 5 » pour ceux qui ont été obligés de fermer à la mi-octobre (restaurants et bars, sports, parc d'attractions…) et de l’indemnité dite « 6 » pour ceux obligés de fermer début novembre (commerces non-alimentaires, villages de vacances, camping, traiteurs, cinémas, monde de la nuit, événementiel, voyagistes, tourisme, et loisirs, coiffeurs et salons de beauté…). L’indemnité « 6 » ayant débuté 15 jours plus tard, les montants d’aide ont été réduits de 25% pour ces 2 semaines de décalage. Ceci confirme le fait que l’aide était prévue pour couvrir environ 2 mois d’arrêt d’activités, soit jusque mi-décembre.

Les perspectives d’une réouverture de certains secteurs ont été renvoyées ce vendredi 8 janvier à une nouvelle réunion fixée le 22 janvier. Mais force est de constater qu’elles sont très faibles pour certains secteurs. L’extension des aides est donc nécessaire : le Gouvernement wallon doit adopter dans les plus brefs délais des mesures de prolongation sachant que le délai de mise en œuvre concret est souvent de plus de 2 mois !

Concernant les ASBL : le constat est affligeant. Contrairement aux aides promises par le Gouvernement wallon, ils n’ont absolument rien reçu !

Poussée par les Députés cdH depuis plus de 6 mois au Parlement de Wallonie, en mai dernier déjà (proposition de Marie-Martine SCHYNS), l’extension du bénéfice des aides aux acteurs économiques sous forme d’ASBL a finalement été annoncée par le Ministre BORSUS, adoptée dans un arrêté du Gouvernement, mais n’a toujours pas été concrétisée, faute de plateforme ad hoc.

Dans les secteurs du sport, de la création culturelle, du bien-être, de nombreux emplois sont portés par des ASBL qui ont donc subi de plein fouet les mesures restrictives sans avoir touché un seul € à ce jour de la Wallonie.

Les ASBL avaient été exclues des aides de la 1ère vague. Pour la 2ème vague, il y a eu une promesse du Gouvernement mais aucun mécanisme d’aide n’est aujourd’hui ouvert ! Les réserves de nombreux clubs sportifs, compagnies de théâtre, centres équestres… sont aujourd’hui exsangues ! Beaucoup d’entre elles sont aujourd’hui vidées.

Des aides à défiscaliser

Pour rappel, le Gouvernement MR-PS-Ecolo avait promis 985 € de prime au personnel soignant dépendant de ses compétences (personnel des maisons de repos, aides familiales...) pour les remercier de tout leur engagement jusqu’à présent dans la crise du Covid. Or, certains en ont reçu à peine 25% après précompte. Le cdH a dénoncé cette décision injuste du Fédéral.

Cette décision était d’autant plus injuste que les aides octroyées en 2020 pour soutenir économiquement l’ensemble des secteurs avaient fait l’objet d’une décision d’exonération fiscale par la loi du 29 mai 2020, exonération fiscale qui ne vaut toutefois que pour les aides payées ou attribuées jusqu’au 31 décembre 2020 !

Les aides wallonnes promises, mais non encore concrétisées à ce jour – notamment pour les ASBL – risquent donc d’être soumises à l’impôt !

Pour éviter une telle situation (également pour les aides 2021 demandées par le cdH), les Députés humanistes demandent que le Gouvernement wallon s’engage dès à présent à réclamer leur défiscalisation auprès du Gouvernement fédéral qui est soutenu par les mêmes partis de la majorité wallonne.

Il serait incompréhensible que les efforts régionaux pour soutenir le tissu économique et les emplois ne soient sabordés par l’Etat fédéral (minimum de 25% d’impôt fédéral). Si la mesure n’avait pas été adoptée en 2020, cela aurait signifié plusieurs centaines de millions € d’aides en moins pour les indépendants et entreprises wallonnes !

Des aides cruciales pour éviter des milliers de faillites

En 2020, une baisse de 29% des faillites a été actée en Wallonie vu la mise en place nécessaire du moratoire sur les faillites. Pour le bureau d’étude Graydon, il s’agit véritablement du « calme avant la tempête qui s’annonce pour 2021 ». Selon leur analyse, de nombreuses entreprises, environ 20%, saines avant la crise, ont des difficultés aujourd’hui. « Une fois que les mesures de soutien disparaîtront et que le moratoire sera levé, on pourrait faire face à un tsunami de faillites. Environ 50.000 entreprises (au niveau belge) sont directement menacées. » Par comparaison, en 2019, la Belgique en a recensé environ 10.500.

Le moratoire sur les faillites s’arrête au 31 janvier. Beaucoup de PME et ASBL risquent de passer sous le niveau de flottaison si les aides promises ne sont pas rapidement payées ou si la Wallonie ne s’engage pas clairement à prolonger les mécanismes d’aide au-delà du 15 décembre.

A nouveau, le cdH demande que cette extension des aides soit simplifiée et automatisée. Pour les secteurs qui continuent à subir des restrictions fortes (voyagistes, taxis, autocaristes...) ou une fermeture complète (bars, restaurants, forains, monde de la nuit, coiffeurs, clubs sportifs…), le cdH demande que les aides soient automatiques. Concrètement les indépendants et PME ne devront pas introduire une nouvelle demande, le montant de la prime sera mécaniquement ajusté par mois supplémentaire de fermeture. Ainsi, un restaurateur avec 4 emplois, a bénéficié de 5.000 € d’aide pour les 2 derniers mois de 2020, son aide serait majorée de 2.500 € pour le mois de janvier 2021.

La crise économique ne fait que débuter et les pertes d’emplois vont se multiplier si les pouvoirs publics n’agissent pas, le cdH demande donc que le Gouvernement wallon se mobilise dès aujourd’hui pour dégager de nouveaux moyens pour les entreprises et les indépendants.