En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Internet : les zones rurales mieux couvertes. Le cdH a été entendu

Le cdH se réjouit que ses multiples appels afin de dégager des moyens budgétaires pour réduire les zones blanches en Wallonie, soit les zones où le réseau gsm et internet est inexistant ou de mauvaise qualité, ont enfin été entendus ! En effet, 50 millions € vont être dégagés par le Gouvernement wallon dans le cadre du Plan wallon d’Investissement.

Pour le cdH, il est essentiel que des mesures soient prises pour que la Wallonie dispose enfin d’un débit suffisant pour un usage moderne des technologies de l’information et des télécommunications.

Assurer un réseau de qualité et continu sur l’ensemble de la Wallonie constitue une des principales priorités du cdH depuis des années. Que ce soit à son domicile (pour du télétravail, pour réaliser un travail d’étudiant, …), à son bureau ou le long d’un trajet, un réseau de qualité et continu doit être considéré comme un service universel. 

A plusieurs reprises, le cdH est donc intervenu à divers niveaux de pouvoir pour éradiquer ces zones blanches, que ce soit au Parlement de Wallonie via les nombreuses demandes de Dimitri FOURNY, chef de groupe cdH, ou au fédéral via la proposition de loi déposée par le Député Benoit LUTGEN suivie d’une motion et d’une interpellation la cheffe de groupe Catherine FONCK.

Concrètement, selon l’IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications), 4,5% des logements belges ne sont pas encore couverts par un débit internet fixe d’au moins 30 Mbit/s, autrement dit 217 000 ménages. Ce sont essentiellement la province du Luxembourg, le sud namurois, l’est de Tournai (de Celles à Lessines) et le sud de la province de Liège, en ce compris les cantons de l’Est, qui sont les zones les moins desservies, soit essentiellement des zones rurales. 

Pour le cdH, il est essentiel que des mesures soient prises pour que la Wallonie dispose enfin d’un débit suffisant pour un usage moderne des technologies de l’information et des télécommunications.