En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

INTERVIEW : Vinciane Gigi, Directrice d'école (maternelle jusqu'à la 3ème primaire) à mi-temps et institutrice à mi-temps à Saint-Léger

Avant les vacances de Pâques, j'allais à l'école tous les jours mais les journées étaient plus courtes. Nous avons dû organiser les tournantes des instituteurs/trices pour garder les enfants qui venaient encore chez nous. Nous avions deux, trois enfants. Parfois juste un. On faisait des tournantes de deux instits et moi. Il a fallu aussi organiser le suivi des apprentissages. Heureusement nous avions déjà mis en place un système de mailing vers nos élèves. On leur envoyait un planning et des exercices tous les vendredis. Un seul n'a pas de mail et j'allais lui porter tout dans sa boîte aux lettres.

Pendant le congé, nous avons respecté celui-ci et les élèves n'ont rien reçu comme travail. Nous avons cependant envoyé des activités rigolotes pour les maternelles. Pour trouver un peu d'occupation pour les plus petits. De mon côté, je me suis attelée au Plan de Pilotage (cf Pacte d'Excellence). Nous sommes à la phase 3 de celui-ci et on doit revoir un peu comment la lancer. Je gère aussi les mises au chômage etc.

Et là on va reprendre ce vendredi 17 avril, l'envoi des exercices et du planning.

Je suis fâchée contre ceux qui ne respectent pas le confinement. Mais je peux comprendre que pour certaines personnes ce ne soit pas facile (à Bruxelles par exemple). Ce qui me fâche aussi ce sont ceux qui ont fait la razzia dans les magasins.

Qu'est-ce qui vous motive à aller travailler chaque matin ?

Les enfants, mes élèves. C'est clairement eux ! J'espère que ça va reprendre. Je ne pense pas que ce soit dramatique par rapport à leur apprentissage mais c'est surtout pour les contacts, les amis, …

Je pense que l'école a un rôle primordial auprès des enfants. On va organiser une journée de rentrée un peu spéciale.

Que peuvent faire les gens qui souhaitent vous aider ?

On a déjà des familles qui ont cousu des masques. Si cela dure, on recherchera peut-être de l'aide en informatique pour pouvoir proposer autre chose à nos élèves, être plus performants.

Si vous aviez un vœu à formuler ?

Durant le confinement, on a pu voir la création d'un beau réseau de solidarité. Ce serait bien que cela persiste après.

On a aussi réfléchi davantage à nos achats, à nos trajets, … qu'est-ce qui était vraiment utile ? Nécessaire ? J'aimerais qu'on n'oublie pas trop vite tout ça. Pourvu que l'après ne soit pas rempli de rancœurs. On a eu du temps avec nos enfants, pour être chez soi, retrouver sa maison… mais on a hâte de reprendre notre vie !