En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Retour sur la Journée internationale des Droits des Femmes

 

How to Share With Just Friends

How to share with just friends.

Posted by Facebook on Friday, December 5, 2014

#Héroïnes #Covid19

Mur Virtuel : 100 #femmesInspirantes et bien plus

Chapeau bas à toutes ces femmes majoritaires dans les métiers essentiels, en 1ère ligne, depuis un an, sans quasiment de répit, à ces bénévoles au front… Un hommage qui devrait être suivi d’une véritable reconnaissance.

Pari gagné ! Bravo, aussi, aux #GirlsInOrange qui, en moins d’un mois, sont parvenues à mettre à l’honneur plus d’une centaine d’héroïnes de la pandémie sur les réseaux sociaux (en particulier, sur la page Femmes et Société asbl | Facebook).

Bien sûr, il y a plus d’une centaine de femmes qui ont posé, durant cette pandémie, des gestes magnifiques, qui ont pris tous les risques, qui ont dû se réinventer professionnellement… Mais vous trouverez, dans les témoignages diffusés sur Femmes et Société asbl | Facebook et dans cette liste ci-contre, en priorité, des héroïnes du quotidien. Quelques exemples parmi tant d’autres. Comme cette généraliste, étranglée par l’émotion, quand elle se souvient des premiers jours de la pandémie, avec le sentiment d’être abandonnée de tous et toutes, sans protection, à faire face à l’anxiété et à la possible contagiosité de sa patientèle. Comme cette soignante en maison de repos, qui a contracté le virus à deux reprises. Comme ces femmes qui, pensionnées ou après journée, ont ressorti leur machine à coudre, des heures, des jours, des semaines, des mois durant, pour confectionner des masques et des surblouses. Comme cette femme en situation de handicap, reconvertie en cyclotouriste d’intérieur pour récolter des fonds et financer une excursion dont bénéficieront, plus tard, les résident.e.s de son institution, etc.

Bien sûr, il y aussi des #héros #covid19 : des policiers, des pompiers... Cette liste compte d’ailleurs quelques hommes, actifs dans des associations défendant les droits humains, dont les activités ont été chamboulées. C’est le cas de l’asbl Amazone, carrefour pour l’égalité de genre, dont le restaurant social a dû se reconvertir en Take Away, et qui abrite une série d’associations de femmes, spécialement éprouvées, lorsqu’elles accompagnent les victimes de violences conjugales, en recrudescence en ces temps de confinement.

Bien sûr, on manque d’une analyse genrée de cette crise. Mais qui contestera que les secteurs de 1ère ligne (hôpitaux, maisons de repos, crèches, écoles, etc.) et le travail non rémunéré, particulièrement sollicité, sont majoritairement féminins ?

Le 1er objectif de l’opération est de visibiliser cet investissement des femmes dans la crise.

Le 2e objectif est politique. « Rarement une crise a atteint aussi manifestement les secteurs gérés par les femmes, et rarement une crise a été aussi peu gérée par les femmes, regrettait la constitutionnaliste Anne-Emmanuelle Bourgaux, le 30 janvier dernier, dans « Le Grand oral » (RTBF). C’est difficilement acceptable. Cette pandémie est, chez nous et dans nombre de pays occidentaux, la pire crise depuis la Seconde Guerre mondiale. Pour cet « effort de guerre », les #GirlsInOrange demandent que, dès à présent et dans le « monde d’après », l’on progresse en termes de droits des femmes et d’égalité.  

La princesse Esmeralda de Belgique résume : « La Covid19 nous a montré que nous sommes dans la même tempête, mais pas sur le même bateau (…). Nous devons souligner cette dimension de genre dans la crise sanitaire comme dans la crise climatique (…) ».

Nous remercions vivement Esmeralda de Belgique, journaliste, activiste pour l’environnement et les droits humains, ainsi que l'ensemble des intervenantes : Alda Dalla Valle, Isabella Lenarduzzi, Gaëlle Demez, Chems Mabrouk et Véronique Lefrancq pour leur participation au débat « La crise a-t-elle un genre ? » qui a clôturé la campagne de sensibilisation #héroïnes #covid19.

C’est avec le même enthousiasme que nous adressons nos plus vifs remerciements à toutes celles et ceux qui ont contribué au succès de cette opération qui a largement dépassé le cercle des humanistes.

Dorothée Klein, présidente des femmes cdH
Donatienne Portugaels, vice-présidente, et Claire Stappaerts, secrétaire.