BIENVENUE AU CDH !


Le cdH, c'est le centre, démocrate, humaniste


De notre parti, vous connaissez des personnalités comme son président, Benoît Lutgen. Vous savez que tel ministre, un bourgmestre, un conseiller communal, sont cdH. Vous entendez parler des « humanistes », ou des « démocrates humanistes ». Vous avez peut-être vu que notre couleur est l’orange.

MAIS ENCORE ?

Le cdH, c’est le centre démocrate Humaniste. Trois termes simples qui méritent toutefois d’être définis

CENTRE

Les partis politiques sont situés sur un axe qui va de l’extrême gauche à l’extrême droite.

Le cdH est au centre. Pas comme une pâle synthèse entre les uns et les autres.  Nous ne nous situons pas « entre » la droite et de la gauche, mais « au-delà ». 

Nous rassemblons oui. Nous sommes ouverts à tous, quels que soient les origines, les statuts et les convictions. Et ce que nous unit, c’est l’intérêt général ET l’accomplissement personnel.

Cela exige de poser des choix clairs de priorités, d’avoir une manière ferme et nette de les assumer. C’est une position forte.

  • Nous sommes radicalement au centre.
     

Démocrate

S’affirmer démocrate paraît superflu. Ne vivons-nous pas en démocratie ? N’avons-nous pas confiance en nos institutions ?

C’est vrai. Mais nous devons rester vigilants. La société évolue. Internet et la science ouvrent de nouveaux espaces. Les droits de l’homme peuvent être menacés. La démocratie n’est pas figée. Elle demande un apprentissage qui implique le respect des lois, valorise le respect des autres et appelle la participation de chacun.

Il est essentiel de former des citoyens responsables à qui l’Etat fera confiance pour porter, seuls, ou dans le cadre d’associations, des projets qui permettent de construire une société plus juste, plus solidaire.

  • Nous sommes résolument démocrates.
     

Humaniste

Etre humaniste se résume à une question : « Et l’homme dans tout ça ? ». Il importe de se la poser avant de prendre toute décision. Le progrès n’a de sens que s’il permet à chaque être humain de trouver son bonheur. Son accomplissement est donc notre priorité politique.

On ne parle pas ici de l’individu qui vit indépendamment des autres. On ne parle pas non plus du membre anonyme d’une collectivité écrasante.

On parle bien de la personne humaine considérée, respectée, dans toutes ses dimensions, sociale, culturelle, affective, intellectuelle et spirituelle. La personne humaine dans sa relation personnelle avec les autres.

Cette relation a pour nom la fraternité, qui fait sa grandeur et sa richesse, qui donne un sens à sa vie.

  • Nous sommes passionnément humanistes.