En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

CP de la Chambre : Le secteur associatif abandonné par la Vivaldi !

Prolonger jusqu’à la fin de cette année le niveau de déductibilité fiscale à 60% (au lieu de 45%) pour les dons en faveur du secteur associatif qui a, lui aussi, énormément souffert de la crise sanitaire. C’était la proposition mise sur la table de la Commission Finances de la Chambre par la députée fédérale cdH Vanessa Matz.

L’ensemble des partis de la Vivaldi a voté contre avec pour seule justification d’Ecolo que cela n’était pas prévu dans les discussions du conclave budgétaire… Il est révoltant de constater que l’associatif n’est ni plus ni moins qu’une simple variable d’ajustement budgétaire alors même que nous avons encore pu mesurer son importance notamment lors des terribles inondations de cet été.

Pour Vanessa Matz, la majorité Vivaldi portera une lourde responsabilité envers l’associatifs’il s’avère que demain des asbl croulent et que des emplois sont perdus.

L’associatif est donc le laissé-pour-compte de cette crise sanitaire. Le secteur a vu ses rentrées diminuer sans avoir la possibilité d’organiser des manifestations pour lever des fonds.

Cette demande du cdH était donc le juste soutien que pouvait attendre ce secteur, comme d’autres ont pu en recevoir, au vu de son importance dans la vie quotidienne de tous les citoyens et des services qu’il nous offre en substitution à l’Etat.

Rappelons que, comme le mentionne la Fondation Roi Baudouin dans son dernier baromètre des associations 2020, la Belgique est riche de son tissu associatif. Près de 110.000 associations sont actives au quotidien. Chaque jour, des salariés et des bénévoles viennent en aide aux personnes en difficulté, insufflent de la créativité dans nos lieux de vie, organisent des évènements sportifs, des débats, des échanges culturels... Elles sont aussi des acteurs économiques essentiels : en 2017, elles employaient 329.642 personnes.

Or, toujours comme le mentionne la Fondation, l’impact de la crise du COVID-19 sur les finances des associations est évident : en 2020, près de la moitié d’entre elles (49%) ont vu leur situation financière se dégrader (contre 19% en 2018). 95% estiment que la pandémie est bien à l’origine de cette dégradation. Et un tiers d’entre elles ne prévoit pas d’amélioration pour l’année à venir.