En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Proposition de loi : Doubler les peines si un harcèlement conduit la victime au suicide

Plusieurs études tendent à considérer que les personnes harcelées représentent 12 % des suicides.

"Les outils de communication et les réseaux sociaux deviennent une véritable arme d’atteinte à la personne jusqu’à parfois la pousser au suicide. On parle alors de ‘suicide forcé’, conséquence d’un harcèlement qui place la victime dans une situation invivable au point qu’elle ne trouve plus d’issue possible. Très souvent, la jeune fille ou le jeune garçon, déstabilisé, honteux, perdu, n’ose pas en parler dans son entourage, il prend sur lui, s’isole, se renferme, ne laisse rien transparaître, souvent même continue à sourire et à faire semblant que tout va bien, mais il subit jusqu’au jour où il craque et finit par mettre fin à ses jours pour se libérer de ses souffrances.”

Selon notre Code pénal, le harcèlement est puni d’une peine d’emprisonnement de 15 jours à 2 ans et/ou d’une amende de 50€ (x8) à 300€ (x8). Hier, la députée Vanessa Matz a déposé une proposition de loi visant à doubler ces peines lorsque le harcèlement a conduit la victime à se suicider.