En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Wallonie : ceci n'est pas un plan de relance

Pour François Desquesnes, chef de file du cdH au Parlement wallon, le #PlanDeRelance du Gouvernement wallon PS-MR-Ecolo reste beaucoup trop court et inquiétant. "Ca reste un catalogue de bonnes intentions. Notre question est : où est le #modedemploi, comment va-t-on faire concrètement ?"

Or c’est maintenant qu’il faut relancer la machine. "Elio Di Rupo le dit lui-même: chaque Ministre doit faire un cahier des charges de ses mesures, un budget, un calendrier. Ce sera pour quand la concrétisation ? Dans 5 ans, dans 10 ans ?

Regardez en France il y a déjà des appels à projets, en Allemagne, en Flandre, ils ont déjà tous leur plan de relance. Et qu’on ne vienne pas me dire que c’est la faute au Covid, il était partout."

Autre inquiétude : "Un plan de relance, ce n’est pas une répartition budgétaire. Où sont les objectifs chiffrés ? On veut améliorer le taux d’emploi ? D’accord. Quels moyens met-on en œuvre pour atteindre quel taux ? Il faut quantifier et puis évaluer si les mesures sont efficaces ou pas. Quel est le rapport coût bénéfice ? D’accord pour un endettement mais à condition qu’il soit efficace et utile."

Et la priorité numéro 1 « les #jeunes » est pourtant relayée au second plan. "Pour la formation initiale des jeunes, le Gouvernement clame haut et fort que c’est la priorité des priorités. Au-delà de l’effet d’annonce, le résultat concret dans le plan : 87 millions d’euros sur 4 ans, soit à peine 1% du plan de relance leur est consacré !"

François Desquesnes se veut pourtant constructif : "Notre objectif est clair : ce plan doit réussir. Nous sommes disponibles pour travailler. Mais le Parlement n’a jamais été associé à ce plan. Depuis 2020, nous avons au cdH avancé 25 propositions de décret avec des matières concrètes !"

En savoir plus ?